Les conditions de réussite d'une opération de fusion-acquisition Par Olivier Cavrel 10/06/2014, 11:13 | 991 mots Dans le cadre d’opérations de fusion – acquisition, la différence de culture d'entreprise est le principal obstacle constaté dans plus de 85% des échecs*. facteurs clés de la réussite des fusions-acquisitions La réussite des fusions-acquisitions repose sur trois piliers : la conformité, l’informatique et la culture d’entreprise. Or, le facteur humain est déterminant pour la réussite d’une opération de fusion-acquisition. Les fusions-acquisitions suscitent le stress en raison des risques de pertes d’emploi, pertes de statuts, pertes d’avantages. Barabel et Meier (2002) recensent cinq facteurs renforçant l’apparition des erreurs chez le dirigeant lors d’une opération de fusion-acquisition : la pression temporelle, l’homogénéité de l’équipe de décision, les expériences antérieures réussies, la qualité de l’entité acquise et la … D’après Guillaume Jalenques de Labeau, un échec est lié, la plupart du temps, à deux facteurs:. La phase de négociation (estimation du potentiel de création de valeur, montages financiers et mode de paiement) est essentielle pour la réussite d’une opération de fusion-acquisition.Elle va permettre de définir les conditions économiques de l’opération, les modalités de la prise de contrôle, le prix de la transaction, les garanties offertes à l’acheteur (Sherman, 2018)… Il est alors évident que les problèmes surgissent lorsque deux sociétés ne sont (Braymer et Mayerhofer, 2002) Celui-ci engendre à son tour des risques de désengagement et de baisse de performance des salariés. Inversement, la culture de l'entreprise est le facteur de succès le plus important (cf. La réussite d’une acquisition se prépare en amont, la réussite – ou l’échec – est constatée au bout de douze à dix-huit mois. tableau ci-dessous). Mais attention, il n’y a pas de place pour la demi-mesure. La gestion de ces trois aspects nécessite une expérience et … Chapitre 3 : Facteurs clé de réussite des opérations de F&A Introduction. De nombreuses enquêtes convergent pour démontrer que le taux d'échec des fusions et acquisitions est extrêmement élevé, l'une des principales causes d'échec visé est la sous estimation de la dimension humaine. un but à atteindre imprécis ou trop ambitieux